1. Page d'accueil
  2. Olivier, l’amour du métier et du produit

Olivier, l’amour du métier et du produit

Depuis son plus jeune age, Olivier veut devenir agriculteur. Pourtant, ses parents l’ont poussé à partir à la découverte d’autres professions. Pendant un an et demi, il a travaillé comme journaliste agricole, un métier dont il a gardé un goût pour le contact et la transmission, avant de reprendre finalement l’exploitation familiale.

Aujourd’hui associé à trois autres producteurs, Olivier est en charge de la production des pommes de terre. Il aime cultiver des variétés rares car « c’est un peu comme faire du champagne. Il y a une satisfaction de bien faire notre travail lorsque ça fonctionne ». Si l’agriculture l’a toujours attiré, c’est pour les « challenges qu’elle lui lance » et parce que la direction que peuvent prendre son travail et sa carrière dépend essentiellement des « opportunités et rencontres au fil de la vie ». Un goût du hasard et de l’imprévu qu’il partage avec tous les autres producteurs de Ratte du Touquet.

« La technologie ne coupe pas de la tradition »

Olivier aimerait pouvoir davantage expliquer son métier autour de lui. « Le mode de vie très citadin fait que  les gens ne comprennent pas très bien en quoi cela consiste d’être agriculteur, aujourd’hui ». Avec les producteurs environnants, il a organisé il y a quelques années, des « tours de plaine » pendant lesquels ils faisaient visiter aux riverains les différentes cultures de leurs exploitations. Il a réalisé qu’il était « nécessaire de discuter pour faire tomber les a priori et expliquer que la technologie ne coupe ni du métier, ni de la tradition. »

Au quotidien, Olivier pratique l’agriculture raisonnée. Cela lui permet d’être acteur de son métier et d’anticiper les risques et les réglementations. Il assure ainsi une traçabilité totale de toutes ses actions, mais il le fait surtout parce que « ça aide à progresser dans le travail ».  Il a aussi installé une station météo à côté de son champ de Ratte. Fonctionnant à l’énergie solaire, elle lui envoie à la demande, un bilan de la température, de l’hygrométrie, de l’évaporation… qui lui permet de savoir quand il est nécessaire d’irriguer ou non.

Aujourd’hui, à 37 ans, ce qu’il aime le plus dans son métier est la même chose que ce qui lui plaisait enfant : attendre le calme de l’hiver ou la luminosité du printemps, et vivre intensément les changements de saison depuis son champ.

Les producteurs renouvellent chaque année leur engagement dans la Charte Qualité. Découvrez celui d’Olivier.